Le délire : un refuge ?

Publié le par lorenz

Lorsque la réalité est trop dure à supporter souvent on cherche un échappatoire car on n'a pas la volonté ni la force de l'affronter pourtant il le faut !

C'est pourquoi on se réfugie dans toutes sortes d'addiction comme la cigarette puis le cannabis qui irrémédiablement fait délirer de plus en plus on tombe alors malade...

Souvent cela est dû à un traumatisme pendant l'enfance ou l'adolescence qu'on n'arrive pas à surmonter et on fume pour fuir la réalité car celle-ci est trop dure et nous n'avons pas l'accompagnement ou l'aide qui est nécessaire à ce moment là, alors vient la résilience on accumule on prend des coups et des coups face à ce mal-être qui grandit et les addictions n'arrangent rien car il faut vivre cette période bénie, ces moments d'or de l'adolescence peu importe comment, les moments de mon adolescence sont une période où il y avait tellement de rires, tellement de bonheur, tellement de la joie que je n'oublierai pas, mais il faut penser à son avenir et ne pas s'enfoncer et rester perché enfin bref certains y arrivent très bien mais en général beaucoup d'échecs scolaires sont liés à la consommation de THC et comme cette substance fait délirer (c'est une certitude mathématique), on n'arrive pas à suivre normalement ses études et surtout le cerveau est en pleine croissance, en train de se former il ne faut pas y induire de toxiques qui créent une forte dépendance à l'âge adulte, je ne jette pas la pierre il faut bien s'amuser mais faire attention pas d'excès !

Car le délire peut être et ne doit pas devenir un refuge il faut affronter la réalité même si on pleure, qu'on a des moments très difficile, que c'est très très dur, il faut se battre !

Je ne l'ai pas fait moi-même et c'est lorsque que j'ai arrêté que la réalité est revenue avec une telle violence que ça m'a fait mal, j'ai été obligé de m'accrocher à un fil si petit qu'il est devenu une corde épaisse aujourd'hui même si je ne travaille pas, que je n'ai pas d'enfants, je suis assez fier de si je puis dire ma réussite et je suis sûr qu'un tel jour viendra aussi pour vous car vous le méritez, j'ai beaucoup souffert mais j'ai beaucoup rigolé, je me suis marré, j'ai du bonheur, de la joie et de l'amour, je suis bien entouré j'ai beaucoup de chance mais je m'en suis donné les moyens aussi en rencontrant des gens et ma famille qui m'ont énormément aidé.

Voilà ne vous réfugiez pas dans le délire mais pensez à vous amuser autrement !

Pensez à prendre votre traitement ! 

 

 

Le délire : un refuge ?
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article